Journal d’une Muse

4.99 9.90 

Lorenzita L’ivre est cartomancienne, et elle a eu besoin d’écrire à son Boritzio Parici pour se souvenir d’une perte de mémoire. Cela a duré plus de sept ans. Au début M. Parici ne comprenait pas et a même porté plainte. Ensuite l’oubli s’est réveillé, une chute accidentelle survenue dix ans auparavant. Depuis, c’est devenu un jeu où les deux protagonistes sont complices, victimes et coupables, car les deux s’utilisent, se remontant le moral à tour de rôle. Lorenzita envoie écrits, images, horoscopes, haïkus, nouvelles, poèmes et chansons, et Boritzio des musiques actuelles et des images drôles, cela les aMuse fortement…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Chute banale

Aïe aïe, ouille

 

C’est le moment où jamais.

Boritzio : « Jamais deux sans trois. »

Au grand Dieu jamais !

Vous ne pourrez tourner la page. »

 

Lorenzita a brisé une partie du sol sous sa chaise, le sol a trop porté un des pieds du tabouret Voltaire, bricolant rapidement une solution de fortune, elle reprit ses appels.

 

Dans tes youms

Je veux mour’âmes

 

Alors laissons s’écrire l’histoire.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Journal d’une Muse”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Laurence Sauvignon

Laurence Sauvignon est née à Dijon, mais c’est vraiment à Clermont-Ferrand, sa ville d’adoption, qu’elle vit depuis toute jeune. Après de nombreuses études, elle travaille dans sa propre entreprise. Ce qu’elle préfère par-dessus tout, c’est se rendre à L’A-Te-Lier, pour voir ses amis artistes et pouvoir fabriquer ses toiles de peintures (aquarelle et huile). Depuis trois ans, elle se rend toutes les semaines à l’atelier écriture où le docteur en lettres et sciences humaines lui propose des exercices d’écriture selon des auteurs plus ou moins connus, sans trop comprendre le sens de chaque texte, c’est plus la manière dont l’auteur écrit qui est abordée : rimes, pieds, répétitions, chansons tous auteurs confondus. Ce sont de ses exercices et de son rôle de muse d’artiste qu’est né ce L’ivre.