INTERSTICES – Tome 2

6.99 12.90 

Ce sont les rencontres qui importent. J’imagine qu’il m’incombe de transmettre ce que j’en ai reçu. C’est pourquoi je tente de le faire dans mes petits écrits. Mes activités me permettent de multiplier les rencontres, j’en mesure le privilège.

De la rencontre d’une heure qui m’a marqué pour la vie, à la rencontre définitive qui me lie aussi pour la vie, je garde les souvenirs.

Dans mes petites histoires, je ne reprends pas les nombreux récits concernant mes héroïnes préférées. Je vous invite donc à vous informer sur les dames ci-dessous.

Lilith, la première femme et la première compagne d’Adam, avant Ève (selon la kabbale). Un symbole de la révolte féminine.

Hypatie d’Alexandrie, mathématicienne et philosophe née entre 355 et 370.

Jeanne d’Arc, passionnée jusqu’à la mort.

Arsinoé, dont j’ai croisé la statue en bonne compagnie au Grand Palais à Paris. Elle figure sur la couverture de cet ouvrage, en hommage à sa beauté.

Toutes les femmes tondues en 1944. Ce que j’ai vu. Honte éternelle pour la France.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

Auteur

ISBN Livre

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “INTERSTICES – Tome 2”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Daniel Cassier

Daniel CASSIER naît en 1936 à Bagnolet. Son père est fait prisonnier en juin 1940, et Daniel est « placé » à la campagne, il doit trouver sa place dans une fratrie de trois petits paysans. «Parigot tête de veau, Parisien tête de chien». Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet. Il obtient le Certificat d’Études Primaires, puis un CAP d’ajusteur. Il commence sa vie professionnelle comme dessinateur, il deviendra chef de bureau d’étude. 1956, c’est le service militaire, vingt-sept mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958 à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Novembre 1958, c’est le retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir. À cinquante ans, après sa mise au placard, il s’investit dans le syndicalisme actif. Il est licencié à cinquante-six ans, poursuit son parcours dans le syndicalisme judiciaire. À soixante ans, il est breveté pilote d’avion privé, il se lance alors dans l’écriture.