Fédération Mondiale-Un Etat pour tous les citoyens du monde

10.99 

Fédération mondiale est l’ouvrage le plus complet publié jusqu’à présent sur le sujet au niveau mondial. L’auteur « construit » un État mondial, qui sera composé des actuels États souverains, des membres de l’ONU, et des autres États qui ne font pas partie de l’ONU. Cet État fédéral aura ses organes (parlement, gouvernement, administration et justice), mais ne possédera ni armes nucléaires ni armes de destructions massives, et il réduira les forces armées, lesquelles forces, avec la police et la protection civile, pourront être mobilisées pour assurer la protection de la population mondiale lors des catastrophes naturelles, contre le terrorisme et autre acte criminel.

L’argent économisé sur l’armement, la diplomatie et autre structure – supprimées ou considérablement réduites – et d’autres mesures structurelles (régulation des marchés financiers, responsables de crises financières et économiques, dans le but de les mettre au service de la société ; mesures de caractère économique, écologique et autres) serviront au développement des régions non développées ou insuffisamment développées. Cela assurera une vie décente aux citoyens de ces régions, tout en limitant le phénomène migratoire qui est un problème pour de nombreux États en Europe et ailleurs.

La Fédération mondiale assurera la paix dans le monde et consacrera une attention particulière à la protection de l’environnement, ce que l’ONU, le G20 et d’autres groupements d’États souverains actuels sont incapables de faire. Seul un État mondial, doté des pouvoirs classiques étatiques – à qui les États actuels cèderont leur souveraineté – est en mesure de mener une politique qui serve et respecte tous les peuples et tous les États membres d’égale façon.

Avec ce livre, je vous offre un « repas inachevé » que vos « terminerez » en allant jusqu’au bout, à savoir, la création d’un État mondial. Que chacun d’entre nous fasse un pas dans cette direction et nous y arriverons. Avec ce livre, je fais mon pas dans la direction indiquée. Utilisez vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Internet, etc.) pour transmettre aux autres les idées sur la nécessité de la création d’un État mondial. Les pionniers de l’idée d’un État mondial le méritent de même que les nombreux citoyens qui la soutiennent. Faisons comme Nelson Mandela a dit : « Donnons-nous la main et marchons ensemble vers l’avenir, vers la création d’une société fondée sur l’amitié, l’humanité et la tolérance » (Mandela, 2011, p 79). C’est une invitation à la création d’une Fédération mondiale qui sera bonne pour toutes les personnes de notre planète, quelles que soient leur race, leur religion, la langue qu’ils utilisent, et où le lieu où ils vivent.

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Brand:

Description

Il faut dire que le radicalisme islamique apparu il y a quarante ans et que les interventions militaires en Irak, en Afghanistan, en Libye et dans d’autres pays, et leurs conséquences catastrophiques, ravivent la mémoire du colonialisme parmi les peuples de ces pays, et, dans les cercles radicaux, un désir de revanche. Malheureusement, ces cercles radicaux cherchent pour leurs activités une couverture religieuse. Selon Stiglitz, les interventions en Afghanistan et en Irak montrent les limites de l’usage de la force, et l’incapacité d’un pays comme les États-Unis – qui dépense autant pour ses armées que le reste du monde réuni – à pacifier totalement ou à conquérir un pays qui a un dixième de sa population et 0,1 % de son PIB (Stiglitz, 2012, p. 209).

Les organisations sportives sont réglementées de manière corporative, mais inadéquate. Malgré l’existence des fédérations sportives mondiales, tous les États membres ne réglementent pas ou pas suffisamment certaines activités telles que la corruption, le truquage du résultat des matchs, les paris sportifs et autres. De nombreuses organisations sportives mondiales (Comité olympique, FIFA, UEFA et autres) ont leur siège en Suisse. Bien qu’elles brassent des milliards de dollars, elles sont considérées comme des associations (la même chose, par exemple, qu’un groupe de chanteurs d’un petit village). Avec un tel statut, elles ne peuvent pas être poursuivies pénalement et ne paient pas d’impôts, alors que les collectivités plus petites, par exemple les clubs de football nationaux de première ligue, ont le statut d’une société anonyme, sont considérées comme des personnes morales (comme les entreprises), paient les impôts, ont obligation d’avoir un capital minimum, en cas de problèmes financiers sont mises en faillite et peuvent être poursuivies pénalement. Quel paradoxe !

L’économie est la base de toute société. À cause de l’économie, les États faisaient la guerre et la font toujours, et quand elle fonctionne bien, la paix est garantie. Avec le développement de l’économie se développe aussi une prise de conscience quant à la possibilité de créer un seul État mondial pour tous les citoyens de notre planète. L’économie a également un impact sur le taux de natalité, la migration de la population, la richesse, la pauvreté, la faim, les maladies et sur bien d’autres facteurs qui concernent l’homme et son environnement. Cela s’explique par une simple règle valable depuis que les êtres humains existent : « produire, puis faire le reste », ce qui exige qu’un homme qui veut s’occuper de politique, de religion, de sport, de sciences et d’autres activités produise d’abord des moyens lui permettant de satisfaire ses besoins de première nécessité (nourriture, vêtements, logement, chauffage et autres).

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Fédération Mondiale-Un Etat pour tous les citoyens du monde”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Dragan Brunic

Dragan Bunic est un citoyen suisse, né en Bosnie-Herzégovine. Il fait des études de droit à l’université de Novi Sad (ex-Yougoslavie), puis à l’université de Neuchâtel (Suisse). L’auteur est connu pour avoir aborder des sujets qui n’étaient pas traités ou insuffisamment étudiés. Sa thèse de doctorat sur la corruption, rédigée en serbo-croate à l’université de Novi Sad en 1990, est une des premières du genre en Europe. Elle est suivie par des livres publiés en français tels que La justice pénale internationale (2003), et Criminalistique économique (2010), également un des premiers ouvrages sur la question en Europe. Avec Fédération mondiale, il souhaite apporter sa contribution à la paix dans le monde, pour que l’ensemble des citoyens de notre planète ait une vie meilleure.