Défense et illustration de la Française

4.99 11.90 

La Française est l’aboutissement de quinze cents ans d’évolution interne. Cette évolution n’a jamais été faite par la contrainte de l’État ou de la religion. De plus, la morale et la loi républicaine considèrent qu’elle a droit au respect, qu’elle soit juive, chrétienne, musulmane, croyante ou athée. Mais dans une France que certains voudraient multiculturelle et multiconfessionnelle, que deviendrait la Française ? Car une Française, c’est celle qu’on voit marcher dans la rue, légère et court-vêtue, les cheveux au vent. C’est celle qui suit les règles fixées par la mode, ou plutôt suggérées par la tendance ; c’est elle que les Français ont choisie pour incarner la République française.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Pour certains, l’identité nationale serait aujourd’hui, une synthèse du pluralisme et de la diversité des populations. Allons bon ! La Française serait aussi de cette synthèse ? Quelle aberration ! Ce serait risible, si ce n’était pas odieux !

Je fais souvent ce rêve étrange d’une France dont les rues sont parcourues par des femmes à la silhouette des années folles. Dans les années 1920 qu’on appela les années folles, apparut la mode dite à « la garçonne » caractérisée d’abord par la coupe de cheveux, très courte « au carré », et des robes raccourcies, arrêtées aux genoux, laissant voir des jambes fines et ne celant rien des autres formes féminines. La femme des années antérieures, engoncée dans son corset, et que le vêtement recouvrait jusqu‘aux poignets, laissa la place à une femme libérée des convenances d’une société conservatrice.

Ce n’est pas que je sois un « fan » de cette mode, mais c’est parce qu’elle a symbolisé le mouvement de la femme vers l’affirmation d’une féminité sans contrainte sociale ou religieuse. C’est dans ces années-là que la femme s’est libérée au sens propre, comme au figuré du corset, carcan de conventions, de règles et de modes de vie qui étaient, sinon interdites du moins proscrites chez une femme.

HEUREUX SONT LES HOMMES musulmans dont la garde-robe de leurs femmes ne leur a jamais coûté très cher, depuis que l’Islam est apparu au VII° siècle. Il est vrai que pour couvrir la femme au regard concupiscent de l’homme, un simple tissu suffit, qu’il soit blanc ou noir, peu importe.

C’est la mode « épis de maïs ».

Quand mon épouse s’exclame devant sa penderie qui plie sous le poids des vêtements: « je n’ai plus rien à me mettre », il faut comprendre, « je ne vais pas mettre cette horreur que j’ai portée trois fois, l’an dernier, j’aurais l’air de quoi ! ».

Suprême vexation, la superbe robe qu’on se hâte d’enfiler et que portera la première femme rencontrée à l’entrée d’un salon. Le mari aura beau s’évertuer à consoler sa femme en lui disant : « mais elle la porte moins bien que toi ; ça ne lui va du tout ». Et l’épouse rassérénée : « tu crois ? » Surtout ne pas ajouter: « pour moi, tu seras toujours la plus belle ». Rien de tel pour mettre en doute l’objectivité du premier avis du consolateur.

Cependant, cette vision idyllique des capacités de l’homme à se gérer lui-même ne fait pas l’affaire du religieux intégriste. Ainsi, l’Islam considère que c’est à lui et à lui seul de dire ce que l’on doit faire ou ne pas faire.

La soumission

Pour l’Islam, « les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises. »

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Défense et illustration de la Française”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : René Fiore

René Fiore est né en Algérie. Il y a passé les 30 premières années de sa vie qui sont aussi les 30 dernières de l’Algérie française. D’abord élève-maître à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Constantine, il enseigne le français “dans le bled”, ainsi que la lecture et l’écriture aux enfants venus de leur mechta. Elève Officier de Réserve, il choisit, à sa sortie de Saumur, alors qu’on était au plus fort du conflit, les Affaires Algériennes et prend le commandement de la SAS de Djémila (organisation administrative et militaire) avec pour mission de rétablir la paix française, comme autrefois, les vétérans des Légions Romaines reçurent celle de contribuer à la Pax-Romana. Après 1962, avec une formation d’Ingénieur en armement, il est affecté à la Direction Générale de l’Armement pour suivre le développement d’un système d’arme important, puisque s’en dotèrent des pays comme les Etats-Unis de Carter et l’Irak de Saddam Hussein. En 2010, il fait paraître : La guerre est une affaire trop grave….* En 2012, L’Algérie que j’ai connue, c’était la France. En 2015, deux livres : - Le piétinement sourd des légions en marche. - C’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire.** ___________ * …pour être confiée n’importe comment aux militaires ** phrase de Nicolas Sarkozy