De bastien à Ousmane – L’expérience citoyenne d’un contrôleur judiciaire bénévole

9.99 20.90 

Tout le monde a entendu à la télévision cette phrase brandie comme une épée de Damoclès : « Monsieur X a été placé sous contrôle judiciaire. » Mais quelle réalité se cache derrière ces mots ?

Pour la première fois un contrôleur judiciaire parle. Non pour un austère cours de procédure pénale. Mais pour raconter l’histoire de 12 personnes soumises à cette mesure restrictive de liberté.

12 personnes qui ne sont ni des anges, ni des démons, mais des hommes et des femmes qui un jour ont franchi la ligne jaune, cette ligne qui semble séparer les bons des méchants, mais qui est tellement ténue que nul ne peut affirmer qu’il ne la franchira jamais.

12 histoires qui vont de Bastien, consommateur de cannabis très en révolte contre la société, et que le contrôle judiciaire a contribué à apaiser, à Ousmane dont la vie ressemble à un roman jusqu’à ce que sa fille l’accuse de viol, en passant par Mouloud, Florence, Bruno et quelques autres.

12 histoires qui montrent qu’avant de juger, il est important de comprendre.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Extrait page 213

 

Florence est sans doute plus à plaindre qu’à blâmer. Son affaire, somme toute modeste, n’a pas de quoi défrayer les chroniques judiciaires ni enflammer les médias. Mais elle est révélatrice des détresses qui se dissimulent derrière ces visages inexpressifs que l’on croise quotidiennement dans le métro parisien ou sur les trottoirs de nos provinces.

 

Quand je rencontre Florence pour la première fois, elle a 51 ans. Tout chez elle passe inaperçu. Sa silhouette, quelconque. Sa taille, moyenne. Ses vêtements, ternes. Son visage, passe-partout. Ses paroles, sans relief. Son regard, triste. Son allure générale, fade. Elle ressemble à ces femmes timides qui rasent les murs de peur qu’on les remarque. Elle est transparente. Je l’imagine dans la rue, inconnue qui se fond et disparaît anonymement dans la foule comme une larme de pluie dans l’océan.

 

Et pourtant, derrière cette façade d’une absolue banalité, se cachent un cœur qui saigne, des yeux qui pleurent, et une bouche qui ment parfois pour taire un bonheur impossible.

 

Car elle vit le calvaire d’un amour sans espoir.

 

 

 

Extrait page 267

 

Il frappe sa compagne et s’étonne de se retrouver devant le tribunal. Il remplace l’héroïne et la cocaïne par des fleuves d’alcool et s’étonne que sa mère le fasse interner en psychiatrie. Il peint ce qui ressemble à des cauchemars et s’étonne de ne pas vendre ses œuvres. Il est comme ça, Pierre-Yves, il s’étonne de tout. Il fuit la réalité, comme jadis son père a fui son dilemme et même la vie en se suicidant à 29 ans faute d’avoir su choisir entre deux amours.

 

Il a la cinquantaine un peu brouillonne lorsqu’il est placé sous contrôle judiciaire. Grand et mince, il arrive mal rasé. Son pantalon n’a pas vu de fer à repasser depuis un temps certain. Mon rendez-vous précédent était avec un jeune chef d’entreprise d’une élégance raffinée. Avec Pierre-Yves, ça fait une moyenne. Pour autant il n’est pas repoussant. Son aspect négligé est compensé par un regard humble et vaguement malheureux. Il me fait penser à un chien de vagabond, au poil pas très frais, à l’œil à moitié caché sous une paupière alourdie par le poids de la vie, un peu comme le Clochard, sans sa Belle, de Walt Disney.

 

Extrait page 311

 

La présidente de la cour d’assises de Paris prend la parole et s’adresse à l’accusé en ces termes :

  • Veuillez décliner vos nom, date de naissance, adresse et profession.
  • Je m’appelle Bruno X. Je suis né le…

Bruno d’une voix monocorde, voire monotone, déroule son état civil. La présidente poursuit :

  • Vous êtes accusé d’homicide volontaire et de tentative d’homicide volontaire concomitante à un autre crime. Si ces deux chefs d’accusation sont retenus contre vous, la peine encourue est la réclusion criminelle à perpétuité.

 

C’est ma première cour d’assises. Enfin presque. Jeune étudiant en droit à Strasbourg j’avais assisté, lors de ma spécialisation en sciences criminelles, à plusieurs procès de ce type. Mais ne connaissant pas les accusés, j’observais alors le déroulement des audiences d’un œil intéressé et observateur, mais un peu froid, tel un futur médecin légiste assistant à une autopsie. Ici à Paris, changement d’ambiance puisque je connais Bruno. On ne va pas juger un anonyme, mais un homme fait de chair et de sang, que j’ai côtoyé pendant un an et demi et dont quelque chose me dit déjà que je vais le revoir longtemps encore après le procès.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Livre

Version

,

ISBN Ebook

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “De bastien à Ousmane – L’expérience citoyenne d’un contrôleur judiciaire bénévole”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Rémi Caumont

Rémi Caumont est juriste de formation. Passionné depuis son adolescence par la justice de son pays, il a envisagé une carrière d’avocat avant de se lancer dans une autre et belle aventure, celle de l’assurance, commencée à Strasbourg et achevée à Paris. Jeune préretraité de la compagnie Allianz, il renoue alors avec ses amours d’antan et se rapproche de l’Association d’Aide Pénale (AAPé) habilitée à gérer les mesures de contrôle judiciaire socio-éducatif ordonnées par les magistrats du TGI de Paris. Depuis plus de 15 ans il exerce à titre bénévole cette fonction de contrôleur judiciaire au sein de l’AAPé dont il a été pendant de nombreuses années administrateur et secrétaire général. « De Bastien à Ousmane » est son premier livre, le témoignage citoyen d’un homme libre.