Dans le bruit du silence

7.99 18.90 

Lors d’une promenade dans le parc du domaine une allégorie entre deux arbres (« le lutin pendu ») inspire Armand, quinquagénaire à la dérive, atteint d’une maladie orpheline migraineuse.
Le bruit du silence de la forêt ne suffira pas à calmer l’amertume de ses sentiments et son humeur caustique.
Mô, femme frivole, érotomane, vient, le jour de la fête des Pères, de le quitter brutalement.Dans une grande solitude, Armand déroule les affres de son existence dans son domaine isolé en Sologne.
Du manoir au parc et du parc au manoir, véritable huis clos… Armand va avouer, à tous ceux qui croient l’avoir connu la vérité de sa vie. Violentes, haineuses, les ruptures provoquées avec ces derniers « amis » seront cicatrisantes pour Armand. Enfin en paix, dans le bruit du silence, l’introspection d’Armand va le conduire à un choix définitif.
L’espoir d’un nouvel amour évitera-t-il la fin d’Armand ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

ENFIN EN PAIX :

Jusqu’à ce jour, Mô m’a joué le grand jeu de la femme résignée. Mon cadeau de la fête des Pères, serait-ce son départ définitif du domaine ? Sinon, pourquoi le « vingt mètres cubes » du « supermarché à une lettre » du village ?

MON OMERTA :
Depuis gamin, mes souvenirs remontent à la surface de mon centre nerveux encéphalique. Je vais entendre chanter mes écrits, tout au long de cette nouvelle aventure.

Le portable de Mô était sur messagerie » comme d’hab’ pendant ses périples.

MUTISME :
Lors de longues absences professionnelles, le corps de Mô me manquait… Je lui livrais quotidiennement un nouveau « SMS » coquin du genre :

— Mets ton portable sur vibreur dans ta tit’culotte tu sentiras dans la nuit l’appel de mon amour.

— Si tu croises clicli, caresse-le pour moi… il me manque… bizoulangue…

LES FEMMES QUE J’AI AIMÉES
—Armand, quelle rancœur justifiée as-tu encore !

Celle d’avoir entendu dire une fois à Mô : « Quand je serai morte, vous ferez bien ce que vous voudrez de mes cendres… » J’apprenais, ce jour-là, qu’elle était crématiste. Sans service « après-vente »… En vieillissant, les hommes pleurent ; cette nuit, sous la lampe jaune de mon écritoire, c’est le cas.

Informations complémentaires

Version

,

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Dans le bruit du silence”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Michelarmand

Né après-guerre, le jour de la Chandeleur 1946… à Panazol, en pleine campagne Limou­sine, Michelarmand CHATARD a découvert en même temps que la station verticale, le monde de la nature. Le dessin, la gouache, la photographie, les arts graphiques en général et la photographie en particulier ont enrichi très tôt son imaginaire, et le poursuivent. À vingt ans, il édite un recueil de ses poèmes d’adolescent : Griseries. Son premier roman l’Hortensia reste inachevé comme ses premières amours qu’il y raconte. Le travail manuel diurne, à la ferme, remisait les lectures, à une occupation nocturne, sous les draps ! Rassurez-vous, il ne se cache plus pour lire ! Les E.N.P, C.E.T. et autres cours supplémentaires vont en faire l’autodidacte d’aujourd’hui. La carte perforée l’a conduit à la puce électronique. Il fallait nourrir la famille. Le compte de ses annuités étant bon, et pour des raisons de santé, il y a quelques années, il a dû stopper brutalement plein de responsabilités associatives. Pendant les longues périodes de repos forcé qui suivirent, il a classé, relu, informatisé divers écrits : type notes au quotidien. Allez savoir pourquoi les périodes noires de son demi-siècle d’existence lui parurent intéressantes pour en faire des bouquins définitifs. Il venait de trouver un but pour continuer à vivre loin de son Limousin natal.