Contes de l’Amour et de l’Ennui

9.99 19.90 

Loris et les autres… Suite de la saga. Il s’agit, cette fois, d’un recueil de nouvelles, chaque histoire courte mettant en scène un ou plusieurs personnages des trois romans précédents.
Ainsi, après Moi, mon âme est fêlée…, comédie dramatique policière ; après Envole-toi, gerfaut !, roman initiatique et policier ; après, enfin, Au grand bal des squelettes, thriller touristique, voici les Contes de l’Amour et de l’Ennui, nouvelles labyrinthiques qui vont survoler cette fin de XXe siècle, depuis les années 1970 jusqu’en 1995, de la Bretagne jusqu’en Crète, en passant par le Périgord et Venise. Il semble assez évident que l’on va se replonger dans la vie de personnages que l’on aura appris à connaître dans les trois premiers volumes, autrement dit que cet ouvrage-ci est une récompense à la fidélité des lecteurs, qui devraient être heureux de se retrouver en pays de connaissances qu’ils pourront ainsi approfondir… Mais, comme le cinquième roman est déjà en chantier, ce recueil de nouvelles se présente comme un pont indispensable à la bonne construction de l’édifice final…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

ISBN Livre

Version

,

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Contes de l’Amour et de l’Ennui”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Gérard Cadet

La retraite de l’Éducation nationale est bien loin derrière maintenant, tant les années filent vite, occupées, depuis 2015, par l’écriture de la saga de Loris et de Cairnbihan. Mais, depuis l’an passé, Gérard Cadet s’est lancé dans un autre concept littéraire : celui des chroniques théâtrales. Celles-ci comportent deux parties bien distinctes : une autobiographie fantaisiste signée Jean-Baptiste Poquelin, et une pièce de théâtre portant sur Molière et écrite en vers alexandrins. Ces chroniques sont de pure fantaisie, mêlant allègrement les événements connus de la vie de Molière et d’autres beaucoup plus fantaisistes, voire totalement sortis de l’imagination de l’auteur puisque, à plusieurs reprises, le jeune Poquelin rencontre des écrivains ou des politiques bien connus, et parfois il en rencontre d’autres sortis eux-mêmes de la réalité romanesque de Dumas père, par exemple, ce qui fait sourire de plaisir notre professeur de lettres qui a toujours éprouvé énormément de tendresse pour ces deux géants, Jean-Baptiste et Alexandre, qui ont bercé sa jeunesse et toutes les années qui ont suivi…