Confidences d’une comète et autres petits contes indispensables

6.99 14.90 

Les contes n’ont pas vocation à distraire et encore moins à endormir. Tels des petits cailloux bleutés dans la forêt lunaire, ils veillent sur nous afin que nous ne nous égarions pas au-delà du sentier.
Bien que n’étant pas destinés initialement aux enfants, ils ne s’adressent pas moins à cette part intérieure où l’intime et l’universel se rejoignent et que l’enfant, toujours vivace en nous, a faculté à reconnaître.
Enfin, les personnages qui y gravitent, qu’ils soient chevaliers, princes, grenouilles, gamines ingénues, dragons, vieillards ou reines sont avant tout des facettes de nous-mêmes qui n’ont besoin que d’être identifiées et créditées.
Aussi les contes réunis en ce livre ne sont-ils pas différents de ceux que vous pouvez connaitre. Et si d’aventure il s’avère que des morceaux de ma propre histoire s’y soient glissés, n’en éprouvez nulle crainte : je ne suis moi-même qu’un des nombreux éclats de votre reflet.

Effacer

Description

EXTRAITS DU LIVRE : Confidences d’une comète et autres petits contes indispensables

Il en avait fait l’acquisition sur un marché longtemps auparavant, alors qu’il traversait un royaume assez sinistre dont les habitants lui avaient paru tous rivaliser de tristesse et où le marchand et son commis, qui étaient tous les deux fort souriants, fournissaient un contraste assez plaisant.

Le colporteur lui avait juste dit quand il avait fait mine de s’intéresser à l’objet : « Prenez-le mon Prince, mais de grâce ne vous en servez pas, du moins pas tout de suite » avant d’ajouter, « et ne laissez personne d’autre que vous l’utiliser ». Comme celui à qui la mise-en garde s’adressait devait afficher un air pour le moins interloqué, il avait poursuivi toujours très accorte en disant qu’il ne s’agissait certes jamais que d’une longue-vue, mais d’une longue-vue d’un genre un peu spécial puisqu’on était invité à n’en faire usage qu’une seule et unique fois, ce qui bien évidemment ne fit qu’intriguer le chaland davantage. Assurément, l’homme connaissait bien son métier, mais cela était loin de tout expliquer.

— Êtes-vous en train de me dire que cette lunette est magique ? lui avait-il demandé alors en le sondant de ses yeux noirs.

Ce à quoi l’homme avait répondu par une autre question tout en embrassant d’un geste le ciel :

Est-ce que tout ne l’était pas vraiment ?

Puis il s’était penché de derrière son étal en baissant de quelques tons la voix :

— À dire vrai mon Prince, cet objet est même tellement magique qu’à l’heure où je vous parle, il n’a même pas encore été inventé ! »

Puis il était parti d’un grand rire tandis que celui à qui il s’adressait se caressait le menton, souriant à moitié.

La lunette du Prince

 

Le rosier se tenait près de la porte d’entrée et Constance l’avait découvert au matin. C’était là, à n’en pas douter un état de perfection sublime, avait-elle pensé ignorant ou oubliant que cet état céderait la place à un autre qui ne l’en serait pas moins.

En fait, Constance n’aimait pas les choses vouées à disparaître, pas plus qu’elle ne prisait celles promues à changer. Elle n’appréciait en rien les saisons qui voient tomber les feuilles après les avoir différemment colorées. Ni celles qui parviennent à les faire disparaître. Pour tout dire, elle aurait voulu ne connaître jamais qu’un éternel été.

La rose qui ne fanait jamais

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Confidences d’une comète et autres petits contes indispensables”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Hélaine Charbonnier Teljesseg

Hélaine Charbonnier Teljesseg aura expérimenté plusieurs vies avant de se faire conteuse d’histoires et de répondre ainsi à l’invitation, qui depuis toujours lui était faite. Mais ces différentes vies, elle n’éprouve pas – ou plus - le besoin de les évoquer car elle les a depuis longtemps passées par un certain creuset. « Autant de plomb = autant d’or, même si un chemin saturnien n’a nul besoin d’être emprunté ; en fait, nous ne devrions parler que de ce que nous désirons convoquer » dit-elle. Aussi écrit-elle des histoires qui sont vouées à soutenir ou guérir, à faire grandir et prospérer. Et même des histoires qui n’ont pour intention que celle d’amoureusement vous bousculer.

Visitez le site de l'auteur : helaine-faiseuse-de-fees.com