Armidella

7.99 18.90 

Cette fable est un parcours initiatique avec une succession d’épreuves auxquelles le héros doit faire face. La force vitale de sa motivation est telle que tout ce qu’il accomplit lui paraît facile, évident, comme allant de soi, alors qu’il entraîne dans ses actions sa famille, ses amis, sa communauté tout entière. Voilà l’enjeu : celui de la force de l’initiative personnelle, de la responsabilité qu’elle engage, de la place de chacun de nous dans la société en général.
Le héros, un simple moineau, donc très modeste au départ, voire quelconque, prend au fil du récit une place de plus en plus importante et devient l’égal de son « protecteur » et finit par s’inviter chez le roi de France. La théorie du chaos sous-jacente, illustre le propos et montre qu’un simple individu peut prendre une dimension historique, que chacun de nous joue un rôle social, aussi ténu soit-il.
Un fil rouge (joute oratoire entre le chevalier et le moineau) permet de mesurer l’évolution du héros qui prend de l’assurance et finit par s’imposer socialement, de penser que rien n’est impossible dans la vie.

Effacer
UGS : ND Catégories : ,

Description

À la faveur d’une accalmie des combats, un soir, nous entendîmes un son plutôt joyeux qui dénotait dans ce paysage dévasté, une musique. Nous nous envolâmes dans un élan de curiosité pour arriver jusqu’à une grande place de la ville. Là un groupe se produisait, entouré d’une multitude de personnes toutes à leur joie de cet instant de répit et de liesse.
(…)Cependant, les musiciens s’arrêtèrent soudain de jouer (ce n’était qu’un préambule au spectacle). Devenus très inquiets à cet instant, la suite nous montrerait toute la valeur prémonitoire de ce sentiment, le personnage qui leur succéda faillit provoquer notre envol tellement nous fûmes terrorisés. Nous n’avions jamais vu un homme pareil, un magicien ! Avec une baguette, il faisait apparaitre ce qu’il voulait, des objets d’abord et puis quelque chose que je ne pourrais plus oublier.
Mes yeux émerveillés virent s’envoler un magnifique oiseau jaune d’or de ma taille, très bien dressé, qui se posa ensuite sur la main tendue de cet enchanteur qu’il nomma ARMIDELLA en lui donnant ses ordres. C’était une jeune femelle de la famille des serins, vraiment très belle.
À peine nous l’avait-il montrée qu’il la fit disparaitre comme par enchantement. Alors, au moment où nous attendions tous sa réapparition sous des applaudissements de joie émerveillée, des hommes en armes surgirent, un immense rideau recouvrit le magicien et la représentation se termina dans un tumulte indescriptible. Tout était à recommencer, les chevaliers n’avaient vraiment rien compris au spectacle, rien respecté de la trêve et nous mirent dans un trouble insondable. Avions-nous rêvé ou étions-nous face à la dure réalité des choses ?

Informations complémentaires

Version

,

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Armidella”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur :