Alix… ou la liberté du vent

9.99 19.90 

Au Moyen-Âge, une jeune noble trouve l’amour en la personne du fils du forgeron attaché au comté de son père. Cela ne sera pas sans conséquence, car en ces temps féodaux, ses sentiments sont rejetés catégoriquement non seulement par l’aristocratie, mais surtout par sa famille qui se sentira humiliée.
Cet amour que porte également Geoffroy à Alix va le conduire à l’exil, afin d’échapper à sa condition paysanne. C’est ainsi qu’il va s’enrôler dans les armées du roi Louis IX à destination du Proche-Orient, lors de la septième croisade.
Alix, avec son amour inébranlable, attendra son retour et s’interrogera sur le bien-fondé de son éducation religieuse. En proie au doute, la jeune fille va s’écarter de celle-ci, à la suite des désastres que subissent les croisés. Elle rencontrera tour à tour une jeune béguine fuyant la cruauté impitoyable de l’Inquisition, puis un jeune cathare. Dans ces religions, elle trouvera des aspirations qui jusqu’ici étaient enfouies dans son esprit, car Alix ne peut admettre l’injustice des hommes de son milieu et aura à cœur de faire don de sa personne à l’endroit des plus infortunés.
Cette histoire haletante et pleine d’émotions ne laissera pas le lecteur intact.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Extrait n° 1 – page 225, lignes 8 à 18 & page 226, lignes 1 et 2

Au moment de pénétrer dans le village, elle distingua au loin de la grand-rue une silhouette furtive et chancelante qui semblait s’agiter en titubant. Alix fut intriguée et dépêcha son cheval pour savoir de quoi il en retournait.

C’était une femme semblant jeune, dont la piteuse allure ne permettait pas de se faire une idée précise sur son âge. Son corps était malingre, presque décharné, ses oripeaux donnaient l’impression qu’elle appartenait à une organisation religieuse, sans que l’on puisse définir de quelle communauté.

Le sang d’Alix se glaça à la vue de cette pauvre créature. Elle descendit de cheval afin d’apporter du réconfort à cette femme énigmatique. Mais en l’approchant, les yeux de celle-ci se remplirent d’effroi et elle se mit à hurler.

 Extrait n° 2 – Page 269, lignes 3 à 16

— Si nous en venions au fait, Monseigneur. Vous disiez qu’Alix aurait été vue en compagnie de cette béguine fugitive ?

— Oui, c’est cela, mais ce n’est pas tout, elles auraient aussi été entendues.

Les sourcils du comte se soulevèrent.

— Qu’y avait-il à entendre ? Alix ne sait pas du tout ce qu’est une béguine, de quoi auraient-elles pu parler ?

— Ma démarche est précisément de la protéger, car sa frêle jeunesse en fait une proie de choix, vous vous en doutez. L’homme qui nous a alertés nous a fait un rapport circonstancié sur la teneur des propos que tenait cette fille du diable. Nous la recherchons donc pour la mettre hors d’état de nuire.

 Extrait n° 3 – Page 340, lignes 11 à 24

— Il est certain que j’avais des projets punitifs à votre encontre, mais si vous y échappez, vous le devez au comte de Bonnefond qui, selon mon avis, vous porte trop de louanges imméritées.

— Je vous en remercie, Père.

— Attendez que j’en aie terminé avant de me remercier ! À partir d’aujourd’hui, je n’accepterai plus aucune de vos désobéissances, que cela soit bien clair ! À présent, allez retrouver votre mère, et faites en sorte de vous faire pardonner pour le mal que vous lui faites.

Alix vint au-devant de son père pour l’embrasser, car elle souffrait de la peine qu’elle lui infligeait, mais le comte balaya l’air de sa main, intimant à sa fille de ne pas pousser plus loin sa quête affective.

 Extrait n° 4 – Page 351, lignes 7 à 17 & page 352, lignes 1 à 4

Alix se sentait envahie par une paix salvatrice. Elle était si heureuse qu’elle en pleurait. Soudain, des notes de musique semblant portées par le vent se glissèrent dans ses oreilles, et plus elle avançait, plus la musique venait à elle.

Elle les vit tous les deux. Geoffroy, son pipeau sur les lèvres, allongé sous un chêne, et Lola, Lola qui accourait à sa rencontre. Geoffroy, lui, la regardait avec une infinie tendresse. Folle de bonheur, Alix courut se jeter dans ses bras. Ils s’embrassèrent sans relâche tandis que Lola tournoyait autour d’eux.

— Mon amour, vous devez à présent repartir, mais bientôt vous me reviendrez

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Alix… ou la liberté du vent”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jean-Pierre Flavier

L’auteur est né à paris en 1941. Son père ayant disparu dans des conditions mystérieuses en forêt amazonienne en 1947, sa mère décide de réintégrer l’Algérie d’où elle est native. Il passera un an au Sahara avant de rentrer dans l’armée. C’est à la suite de l’indépendance qu’il revient en métropole où il exercera la profession de photographe. À 68 ans, l’auteur prend sa retraite, et il vit à présent entouré de gens charmants dans un paisible village de l’Aude, au pied des Pyrénées.