Alger mon amour ou les murmures de la musique -Tome 2

10.99 20.90 

Cinq juillet 1961, pour ROMAIN c’est la 31ème traversée de la méditerranée, le jour de ses 20 ans, le jour de son départ, quel triste anniversaire. Un jour noyé dans la brume sur la baie d’Alger, un jour qui n’aura pas de lendemain sur cette terre d’Algérie qu’il a tant aimée, Zoubida à travers ses larmes l’a bien compris, il n’y aura pas de retour en septembre comme toutes les autres années. Partir sans avoir pu obtenir la moindre information sur la disparition de Camélia, cela va devenir pour Romain une terrible obsession qui ne quittera plus son esprit. Après son service militaire au 93ème de ligne, il passera le concours à l’orchestre du Capitole de Toulouse, et sera reçu au sein des premiers violons en 1964.
Quatre ans plus tard en septembre, c’est l’arrivée d’un jeune et dynamique chef d’orchestre qui va changer bien des choses ; il va transformer un orchestre de fosse, en une redoutable formation symphonique à un niveau international auquel peu de formations peuvent prétendre. C’est là que Romain va découvrir toutes les différentes émotions provoquées par les sensations du lyrique et du symphonique dans le somptueux cadre de la Halle aux Grains de Toulouse. Cette ascension musicale voulue par Michel Plasson sera pour Romain la seule compensation à la disparition incompréhensible et inexpliquée de Camélia.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Alger mon amour ou les murmures de la musique -Tome 2”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Pons

Roland PONS est né le 5 juillet 1941 à Alger, l’auteur va poursuivre ses études au conservatoire de musique et de déclamation lyrique, où il obtiendra un 1er prix de violon et de musique de chambre en juin 1961. Après son prix obtenu au conservatoire de Versailles et son service militaire effectué, il passera le concours d’entrée du Camérata Céménélum Orchestra de Nice où il restera 1 an, puis le concours de l’orchestre du Capitole de Toulouse en septembre 1964, où il sera pris au sein des 1ers violons, et avec lequels il jouera jusqu’en 2001. L’orchestre du Capitole deviendra national en 1981 sous l’impulsion artistique de son chef d’orchestre et directeur Michel Plasson.