Alger mon amour ou les murmures de la musique – Tome 1

10.99 20.90 

Issu d’une famille de modestes artisans, Romain, né à Alger pendant la 2ème guerre mondiale, va être le personnage principal de ce roman. A peine sorti de l’enfance, il va suivre une toute autre destinée que celle qui lui était réservée à la menuiserie de son père. Étudiant au conservatoire de musique d’Alger, c’est en débutant les duos pour violon et piano en classe de musique de chambre qu’il va croiser une pianiste aux yeux verts en amande, à la somptueuse chevelure noire, en dehors des parties de pêche avec le bateau de son oncle Eugène, député-maire de Staoueli. Il tombe éperdument amoureux de sa belle pianiste. Alors que la bataille d’Alger fait rage (plus de 800 attentats en moins d’un an), le couple essaie de survivre malgré l’hostilité permanente de son père et celle aussi grave de la mère de Camélia, Leurs seuls moments de répit seront les sorties en mer sur le voilier du capitaine Sthyliard dans la baie d‘ Alger. Alors que la guerre d’indépendance s’accélère, elle finira par les séparer avant l’obtention du 1er prix de violon qui lui permettra de poursuivre une longue carrière musicale en France.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Alger mon amour ou les murmures de la musique – Tome 1”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Pons

Roland PONS est né le 5 juillet 1941 à Alger, l’auteur va poursuivre ses études au conservatoire de musique et de déclamation lyrique, où il obtiendra un 1er prix de violon et de musique de chambre en juin 1961. Après son prix obtenu au conservatoire de Versailles et son service militaire effectué, il passera le concours d’entrée du Camérata Céménélum Orchestra de Nice où il restera 1 an, puis le concours de l’orchestre du Capitole de Toulouse en septembre 1964, où il sera pris au sein des 1ers violons, et avec lequels il jouera jusqu’en 2001. L’orchestre du Capitole deviendra national en 1981 sous l’impulsion artistique de son chef d’orchestre et directeur Michel Plasson.